fear the clown, forum rpg.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elìas ♨︎ Left right left

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
niveau un.
● Crédit images : Pando (vava) tumblr (gif)
● Messages : 35
● Jauge de culpabilité : 341
● Date d'inscription : 20/11/2016
● Age : 23
● Adresse : Akureyri
● Profession : Officier de Police
● Situation conjugale : Célibataire

MessageSujet: Elìas ♨︎ Left right left    Dim 20 Nov - 13:16

☇  Elìas Fannbergson
feat Ansel Elgort

Agathe
22 yo
Bretagne rpz
7/7j
wesh alors !


surnom: Eli. âge: Vingt-trois ans. lieu de naissance: Akureyri. date de naissance: 30 Août 1993. arrivée à akureyri en: 1993, via le bidon de ma mère. lieu de résidence: Un petit appartement en pleins centre-ville. profession: Officier de Police. situation conjugale: Célibataire. qualités: Casanier, loyal, sérieux, intuitif, persévérant, sécurisant. défauts: Autoritaire, douteux, gaffeur, têtu, n'aime pas le changement. appartenance: Blanc pierrot.

toi et les clowns, c'est plutôt: Les clowns j'en ai pas vraiment de grands souvenir, je ne suis jamais allé au cirque petit. J'ai jamais eu peur ou été fasciné par les clowns. Pour moi c'est juste un personnage fait pour rire ou du moins censé faire rire. Peut-être que je devrais les trouver flippant ou bizarre. Mais, je n'ai pas véritablement d'opinions quant à leur représentations. Je sais que dans les films les clowns sont parfois des monstres ignobles ou des meurtriers sanglants. Sur internet les gens se déguisent en clown pour faire peur au passant. C'est une mode comme une autre, le clown est inscrit dans la culture mondiale, un peu comme les vampires ou loup-garou. Sauf qu'ils sont réels et n'importe qui peu en devenir un.

ta réaction quand tu as entendu les premières rumeurs: Au début j'ai cru à une blague, je pensais juste que c'était es gamins qui jouaient au carnaval bien trop tôt et qui ont fait peur à deux trois personnes âgées. Qu'un tueur se déguise en clown pour moi c'était une blague. Il fallait mettre toutes les possibilités en avant, après tout c'est mon métier. Je ne peux pas me fier à une vulgaire rumeur d'une ville isolée du monde.

tout ça, finalement, tu penses que: Pour moi ce n'est pas réel, du moins on a pas encore pu le prouver. Les rumeurs restent des rumeurs. Tant qu'il n'y a pas de preuves ou tant que je ne verrais pas ce tueur clownesque de mes propres yeux, je n'y croirais pas. Je pense que c'est simplement un mouvement populaire en ce moment qui fait fureur sur internet. Les gens se font facilement des films lorsque la réalité est bien calme.

à ton avis, le/la responsable, c'est plutôt: Le tueur n'a pas le profil d'une personne qui aime se donner en spectacle. À mon humble avis, on cherche une personne isolée, plutôt casanière. Un homme, qui se cache plutôt bien et qui semble vouloir venger un passé bien lourd. On est loin des tueurs ayant des pulsions criminelles sans véritable but. C'est très rare et on le voit seulement dans les films. Le responsable au contraire est quelqu'un qui a psychologiquement souffert. On ne peu tuer gratuitement. À moins d'être complètement fêlé. Mais ce n'est pas le cas ici.

t'es pas tout/e blanc/he non plus, ton secret à toi c'est: J'ai assisté à la mort de ma mère, battu par mon père. Je n'étais qu'un enfant âgé seulement de huit ans. Cette vision m'a profondément marqué et je n'ai absolument rien fait pour sauver ma mère.

toi aussi, on pourrait te suspecter, parce qu'en fait: Depuis le décès de ma mère, j'ai développé comme une sorte de haine difficilement contrôlable. Je suis devenu un enfant violent alors, que j'étais plutôt le genre de petit garçon à ne pas faire de mal à une mouche. Cette épisode de ma vie m'a endurcie et a crée comme une sorte d'esprit vengeur qui sommeil en moi. Il m'arrive encore de temps en temps de perdre le contrôle et de devenir très violent. Même si cela reste rare. Je fais de mon mieux pour cacher cette facette de ma personnalité aux gens. Seuls mes proches sont au courant.
Cette île glaciale je la connais depuis un bon bout de temps. Vingt-trois ans maintenant, c'est ma terre natale. J'y ai grandit et je crois bien que je ne la quitterais jamais. Pourtant, un jeune de mon âge devrait avoir des envies de voyages, d'exploration et d'aventures. Mais, je ne suis pas ce genre de jeune. Je suis ancré à mon pays, à mon île isolée. Je l'aime ce petit bout de terre. Malgré tout ce qui a pu se passer dans ma vie, je suis resté debout. J'ai passé les obstacles, avec plus de difficultés sur certains mais, je suis resté à Akureyri. Le décès de ma mère a été le plus difficile. Ou devrais-je dire son meurtre. Ma mère est morte battue par mon père alors que je n'avais que huit ans. Ce fût un traumatisme énorme pour moi et ma sœur jumelle. On été orphelin à l'âge de huit ans, placés dans un foyer d'accueil et protégés par ceux-ci. Seulement, j'ai compris très vite qu'il fallait se protéger soit-même. L'acte commis par mon père m'a a jamais marqué. Voilà plus de quinze ans qu'il est en prison et tant que je suis vivant je veillerais à ce qu'il ne sorte pas. C'est pour ça que je suis encore en Islande, je veux à tout pris éviter que d'autres personnes connaissent le même malheur que le miens. Alors, je me suis engagé dans les forces de l'ordre. Pour faire cours je suis officier de police. C'est pas un métier extraordinaire mais, ça me suffit. Je protège les gens et veille sur la ville. Et je veille aussi sur ma sœur jumelle, Eríka, je l'ai toujours protégé et ça risque pas de s'arrêter. Même si elle déteste ça plus que tout au monde. Quand je repense à nos année collèges et lycée. On a toujours été dans les mêmes classes. Dès qu'un garçon traînait avec elle ou que quelqu'un l'embêtait, je m'inquiétais.  C'était plus fort que moi, je ne voulais pas voir le même drame se répéter. Je suis devenu très violent, ça a commencé tôt. Après la mort de maman. Je faisais des crises de colères, de rage et de peur. Les trois mélangés. Je ne saurais le décrire, les médecins appellent ça un trouble de stress post-traumatique. J'étais traumatisé oui, Eríka aussi. J'ai réagi à ma manière et ça n'a pas été facile de grandir avec ça. Le lycée a été une plaie, je suis devenu évitant et très sensible à toute provocation. Comme si une énorme colère dormait en moi et se réveillait quand quelqu'un m'emmerdait un peu trop. Il y a eu des bagarres, il y a eu des larmes et beaucoup de peur. Je contrôle beaucoup mieux cette part de colère en moi, c'est toujours sensible mais, ça le sera toujours. J'ai appris à vivre avec et je peux même parfois l'utiliser à bon escient. Aujourd'hui, ma vie est tranquille, je commence à me stabiliser et à profiter un peu plus de la vie. Même s'il y a cette histoire de clown qui m'agace. Et cette série de meurtre qui commence à devenir une véritable inquiétude pour les habitant d'Akureyri. Je vais jouer mon rôle jusqu'au bout et résoudre cette enquête sanglante. Et après, tout rentrera dans l'ordre comme au bon vieux temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
niveau un.
● Crédit images : Lux.
● Messages : 39
● Jauge de culpabilité : 349
● Date d'inscription : 31/10/2016
● Age : 23
● Adresse : l'hôtel.
● Profession : journaliste indé.
● Situation conjugale : fiancée.

MessageSujet: Re: Elìas ♨︎ Left right left    Mer 11 Jan - 18:09

    eh coucou ! bienvenue par minou, et puis amuse-toi grosse dinde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Elìas ♨︎ Left right left
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FINI] Left 4 Dead 2 - Soirée succés en mode versus
» [série] Left 4 Dead
» Left 4 Dead 2
» killing floor ou left 4 dead 2 ?
» Left 4 Dead -Survivors-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
fear the clown. :: PARTIE DEUX. gestion
 :: ☇ le générique. :: ☇ fiches validées.
-
Sauter vers: